Acheter une Cobra en France

30 ans que vous en rêviez et que vous attendiez ce moment ! L’heure du choix approche enfin mais les questions restent nombreuses tant les infos, parfois contradictoires, sont rares… Le Cobra Club de France est là pour vous aider.

« Certains rêves de gosse ont la vie dure ! »

acheter AC Cobra en France
Logo Club Cobra France Shelby Cobra Association

Modèle & motorisation

ecriture-club-une-ligne

Des Cobra on en trouve à tous les prix, il y a un moteur mais vous ne comprenez pas grand chose à tous ces termes barbares, certaines sont même équipées d’un fier Flat 4 VW (!), elles sont en conduite à droite mais vous vous demandez si c’est vraiment gênant (?), les autres – souvent plus chères – sont en conduite à gauche, portent encore leur plaque US, sont déjà immatriculées « en collection » ou bénéficient au contraire d’une carte grise normale, celle aperçue sur « leboncoin » vous êtes certain de l’avoir repérée la veille sur un site d’annonces américain… !?

Bref, elles semblent toutes belles et désirables. Mais qu’en est-il vraiment ?

En premier lieu, 289 ou 427 ?

Tout est affaire de goût ! Mais aussi de disponibilité sur le marché tant les 289 proposées à la vente sont plus rares que leurs cousines bodybuildées.

La 427 est en effet la Cobra la plus fréquemment rencontrée sur le marché du neuf comme de l’occasion, ses formes généreuses, débordantes même, ses échappements latéraux débouchant devant ses jantes larges (…) en font un modèle plus célèbre dans les mémoires que la pourtant non moins prestigieuse 289.

Au sein de la famille des 289 il faut néanmoins faire la distinction entre les élégantes 289 « Slabside » au look de roadster anglais et celles coursifiées par Shelby, dénommées « 289 FIA » à l’apparence plus agressive, préfigurant la monstrueuse 427 apparue quelques années plus tard.

Au final la 289, avec sa gueule caractéristique et son look à l’anglaise (notamment les modèles Slabside), supportera mieux une conduite à droite et conviendra mieux à ceux qui recherchent l’originalité (même si la 427 n’est pas en reste dans ce domaine !) et surtout une plus grande discrétion.

Parmi les fabricants les plus connus on peut citer Hawk, BRA, Unique Motorcars et bien sûr Kirkham rendu célèbre pour sa 289 FIA entièrement en aluminium parfaitement conforme à l’originale.

Il semblerait que la 427, apparue en 1965 près de 3 ans après la première 289 sortie des ateliers Shelby, doive son succès plus à son look qu’à son palmarès tant celui de la 289 est éloquent et aura marqué l’histoire de la Cobra. A la conduite cependant une 427 sera plus moderne car équipée de 4 suspensions à bras superposés et combinés ressorts/amortisseurs, ce que les répliques exactes de 289 ne proposeront pas, leur préférant le système originel de triangles inférieurs avec ressort à lames supérieur à l’avant. Un point à vérifier selon la marque de la réplique que vous convoitez.

chassis cobra 1
LEAD Technologies Inc. V1.01
Les châssis des Cobra 289 (à gauche) et 427 (à droite) – Cliquer pour agrandir

A la revente enfin il sera sans doute plus simple et plus rapide de se défaire d’un modèle 427. Question de popularité sans doute.

Quel moteur choisir ?

Soyons clair, LE moteur de la Cobra c’est le V8 d’origine Ford ! Ceci étant dit il existe de nombreuses entorses à la règle.

Le choix d’une motorisation est d’abord une question de budget. Les Cobra premiers prix pourront être équipées d’un V6 ou d’un plus modeste 4 cylindres, une motorisation qui n’existera plus sur les modèles haut de gamme et qui n’aura d’ailleurs plus jamais cours sur les modèles américains y compris d’entrée de gamme. Acheter une Cobra Cobretti, Brightweel, Pilgrim, Martin (…) équipée d’un V6 n’est pas forcément une mauvaise idée puisque cette option sera pour beaucoup l’opportunité d’accéder au mythe sans se ruiner à l’achat ou à l’entretien.

On trouvera de tout, du très modeste Flat 4 Volkswagen (rencontré parfois dans les répliques de marque Scobra) au sculptural V8 big block Ford 427 FE de plus de 600 chevaux. Le choix est donc vaste alors comment s’y retrouver ?

Les V8 Rover

Vient ensuite la famille des moteurs V8 d’origine Rover, ceux là même qui équipent la crème de la production britannique comme les Land Rover Defender, Discovery et Range Rover, les Rover P5B, P6 et SD1, la MGB GT, certaines Triumph, Morgan et TVR dont les Chimaera et Griffith. Leur réputation n’est donc plus à faire. Là encore le choix d’une telle motorisation, dont la cylindrée s’étend le plus souvent de 3,5l à 4,6l pour une puissance d’environ 200 à 250 chevaux (jusqu’à 5,2l et 400 cv pour le plus puissant des V8 Rover), ne sera pas sans incidence sur le prix d’achat même si elle se rapproche pourtant de l’esprit originel de la Cobra.

v8 rover
Un V8 Rover 3,5l installé dans une Pilgrim
cache_2412603970
v8 rover AC Cobra
Beaucoup de répliques 289, de répliques de marque française ou anglaise en sont équipées, n’ayant pas un châssis capable de supporter sereinement la puissance d’un V8 US survitaminé. Le V8 Rover, à défaut d’être authentique lorsqu’il s’agit de motoriser une Cobra, est agréable, fiable et suffisamment puissant pour ressentir déjà de bonnes sensations au volant tout en sachant flatter les oreilles.

Plus courant en Europe que ses homologues américains il sera aussi plus facile à entretenir, les pièces neuves et d’occasion ne manquent pas ! Dernier avantage lié à son architecture conforme, il suffira de soigner les finitions (caches culbuteurs, filtre à air…) pour parfaire son look et celui de votre Cobra.

Les V8 made in US

En « haut » de la production des répliques et continuations viennent enfin les V8 d’origine Ford. Dans la famille des V8 américains on trouvera aussi parfois des moteurs GM, et ceux appelés « Chevy », reconnaissables à leur tête d’allumeur située du côté de la cloison pare-feu du compartiment moteur. Certains diront que ces derniers « sont à la Cobra ce que le Flat 6 de Porsche est au V12 Ferrari » tant on se souvient des batailles que se livraient Ford et Chevrolet à l’époque où la Cobra fut conçue. Pour ces puristes un V8 Chevy sous le capot d’une Cobra a donc quelque chose d’étrange, au-delà de l’origine, de l’architecture, de l’agrément ou de la puissance (…) qui le rapprochent pourtant d’un moteur V8 Ford.

v8 image 1
V8 Chevy sous le capot d’une Cobra
v8 image 2

Revenons à Ford. C’est LE moteur par excellence puisque c’est grâce et avec Ford qu’est née la Cobra en 1962. Les moteurs Ford équipent de fait la grande majorité des répliques, notamment américaines.

Sans entrer dans tous les détails et subtilités des V8 Ford retenons d’abord qu’il existe 2 « formats » : le small block (289, 302 et 351 principalement) et le big block (428, 390 et 427 FE pour les plus courants). La différence est de taille. Visuellement d’abord car comme son nom l’indique le small block est plus petit que le big block (!) et remplit moins le compartiment moteur. Cette différence de taille mise à part, les moteurs se ressemblent au point qu’il sera souvent difficile pour un œil non exercé de faire la différence. Mais c’est ailleurs que les différences sont les plus frappantes. Globalement un small block sera plus docile, aura moins d’inertie et moins de couple (…) qu’un big block qui sera lui plus lourd en plus d’être généralement plus puissant (400 à 480 chevaux en moyenne, vs 480 à 550 chevaux pour un big block).

Small Block Ford sous le capot d'une Backdraft
Small Block Ford sous le capot d'une Backdraft 2
Un Small Block Ford sous le capot d’une Backdraft

Pour faire simple le choix de la raison et du « moindre emm..ent » vous emmènera du côté du small block alors que celui de la sportivité à l’ancienne et de l’authenticité vous fera préférer le big block.

Si vous optez pour une réplique de 289 « sauce US » pas de doute possible, le small block (le plus souvent un 302ci) s’imposera à tous les coups.

Les famille des V8 Ford Small et Big Blocks : un vaste choix
Attention toutefois à ne pas se tromper. La cylindrée, généralement exprimée en « ci » (Cubic Inches) s’agissant de moteurs américains, n’est pas forcément révélatrice du moteur dont il s’agit à l’origine. Beaucoup de moteurs en provenance des US sont « strockés », signifiant que leur cylindrée est augmentée par une modification de l’alésage des cylindres et/ou la course des pistons. On trouve ainsi beaucoup de moteurs 347ci, 352ci, 402ci, et même 427ci (…) qui sont en réalité des moteurs small blocks « strockés » (d’origine Ford 302ci et 351ci Windsor). Des préparateurs comme Roush s’en sont fait une spécialité. Un moteur 427ci n’est donc pas forcément un Big Block 427 FE Side Oiler comme sur les Cobra 427 d’origine !

En résumé
En résumé, préférez un moteur V8. Si votre budget le permet optez alors pour une Cobra équipée d’un V8 Ford.
Si vous vous sentez l’âme d’un puriste, en plus d’être patient, consciencieux, un brin mécanicien ou fortuné, alors laissez-vous tenter par un big block FE !
La passion a ses raisons que la raison ignore…

Choix de la marque

ecriture-club-une-ligne

Quand le ramage se rapporte au plumage

Certaines Cobra font l’unanimité, jusqu’à provoquer l’hilarité générale ! La question du look demeure néanmoins délicate tellement elle est subjective car faisant appel aux goûts et aux préférences de chacun.

Il sera donc question ci-après d’une comparaison avec les lignes de la Cobra originale de 1965 (Cobra 427, CSX série 3000) sachant toutefois que ces Cobra « d’époque » affichent déjà entre elles des différences tout à fait perceptibles (le plus souvent au niveau du galbe des passages de roue arrière et des points d’ancrage des quick jack).

Une première distinction peut être faite entre ce que nous appellerons les répliques et les autres que nous classerons parmi les reconstructions (sous entendu, « à l’identique ») ou continuations.

Cobra voiture marque réplique
Cobra voiture marque réplique 2
Cobra voiture marque réplique 3

Les répliques de Cobra

Les répliques de Cobra sont les plus nombreuses en circulation.

Elles se distinguent par un aspect extérieur proche – voire très proche – de la Cobra originale. Sous la robe extérieure de ces répliques le châssis et les trains roulants s’éloigneront par contre assez nettement des équipements présents sur la Cobra originale. Sans nuire à la qualité de conduite – bien au contraire – il sera le plus souvent question d’un châssis conçu lui aussi « en échelle » mais avec des poutres de section rectangulaire (vs. des tubes de 4’’ de section sur les Cobra 427 originales), de trains roulants empruntés aux BMW série 3 (Backdraft) ou à la banque d’organes de la Ford Motor Company (Pilgrim ou Superformance par exemple).

Le châssis d'une Factory Five
Le châssis d’une Factory Five
Un autre châssis, celui d'une Superformance MKIII
Un autre châssis, celui d’une Superformance MKIII
Revenons à l’aspect extérieur. A y regarder de plus près il sera plus ou moins proche de la Cobra de 1965 et s’appréciera d’abord en jugeant de l’équilibre général de la voiture (les Factory Five par exemple ont « les fesses en l’air » et le « réservoir qui traine », permettant de les distinguer au premier coup d’oeil), au galbe des ailes arrières (très généreux sur les Backdraft), à la forme plus ou moins proéminente des ailes au niveau des passages de roues avant (beaucoup plus large sur les PGO et Brightweel par exemple)… etc.
CSX3106
CSX3155
De gauche à droite, CSX3106, CSX3155 et CSX3360
CSX3360
Superformance interieur
Unique Motorcars interieur
De gauche à droite Superformance, Unique Motorcars et Backdraft
Backdraft interieur
tableau de bord anglais Dax
tableau de bord anglais Autokraft
Tableaux de bord à « l’anglaise » pour Dax, Autokraft et Pilgrim
tableau de bord anglais Pilgrim
Bref, au-delà de ces formes qui relèvent des « grands équilibres » il subsiste ensuite moult détails qui feront d’une réplique une copie plus ou moins parfaite (s’agissant d’imiter au mieux la Cobra authentique) : l’aspect et la finition du tableau de bord (imitant presque parfaitement celui de la 427 S/C chez Superformance et ERA) , le diamètre et l’emplacement de l’arceau (en théorie il ne devrait y en avoir qu’un, visible sur toute sa hauteur derrière le siège du pilote), le dessin des arches de roues, l’emplacement du bouchon de remplissage du réservoir, la forme de la bouche d’aération à l’avant de la voiture (légèrement rectangulaire sur les Cobra 427 d’époque).
En bref, le temps, l’expérience et/ou l’avis des propriétaires permettront peu à peu de se faire une idée des détails qui sont importants et de ceux qui le sont moins, de ce qui est respecté et de ce qui l’est moins (…) selon les marques et les modèles observés ou convoités.

S’agissant toujours d’imiter au mieux la Cobra 427 originale, mais sans vouloir s’attirer les foudres de certains propriétaires de répliques, il est généralement admis que les Cobra ERA, Superformance et Unique Motorcars figurent, sans toutefois être parfaites, parmi les plus belles répliques. On reprochera par exemple à une Cobra MKIII Superformance une bouche un peu trop ovale ou un pli trop proéminent au niveau de l’arche de roue arrière, à une Unique de laisser apercevoir ses collecteurs d’échappement dans ses passages de roue avant…etc.

Backdraft fait figure de cas à part tant son caractère et ses formes lui sont propres. Réplique haut de gamme elle possède un look qui fait d’elle une création presque à part entière. Ses fesses généreuses, ses ailes larges, son nez légèrement plongeant (…) en font la Cobra 427 la plus bodybuildée et la plus agressive du marché. On aime ou on n’aime pas ! Mais elle ne laisse personne indifférent.

427 backdraft choix marque
Cobra 427 Backdraft
profil pgo
Le profil caractéristique d’une PGO
Au global il est communément admis que les répliques américaines sont les plus belles, les plus chères aussi. Sans doute est-ce vrai. Un avantage probablement concédé par le nombre de constructeurs recensés outre Atlantique même si certaines très belles répliques anglaises, pourtant moins cotées, n’ont pas grand chose à leur envier (au premier rang desquelles Dax, mais aussi RAM surtout appréciée pour la qualité de son châssis, Pilgrim faisant office d’outsider avec ses répliques au rapport qualité-esthétique-prix imbattable).
tableau de bord anglais Dax
tableau de bord anglais Autokraft
tableau de bord anglais Pilgrim

Les reconstructions et continuations

a Cobra est la voiture la plus répliquée au monde avec 150 à 200 constructeurs recensés à travers le monde. Rien que ça ! Shelby lui-même construit encore aujourd’hui des répliques de ses propres Cobra d’époque, en aluminium bien sûr mais aussi – et majoritairement – en fibre !

Ces répliques sont appelées « continuations » tant elles sont proches en look et en conception du modèle original. Cette fois même le châssis est aux spécifications d’époque et reprend les tubes de 4 pouces de section ! Le reste est à l’avenant avec un tableau de bord conforme, un aspect extérieur au plus proche de la Cobra originale, ni trop timide ni trop généreux, un compartiment moteur qui respecte la disposition des éléments moteur et de ses périphériques telle qu’elle était en 1965… Bref, tout y est ou presque !

427 backdraft choix marque
Le Châssis d’une Cobra CSX4000
tableau de bord anglais Dax
tableau de bord anglais Autokraft
Un châssis original à gauche (CSX3006). Ses copies (Kirkham et Autokraft) à droite.
tableau de bord anglais Pilgrim
Ce parfum de Cobra originale se paie d’abord par la relative rareté des produits proposés à la vente. Les marques sont en effet peu nombreuses à proposer un tel niveau de finition à l’identique et se limitent pour l’essentiel à Shelby American ( !!!) et à Kirkham. On trouvera également quelques constructeurs à la production plus confidentielle comme Hi Tech Motorsports (aujourd’hui malheureusement disparu) ou d’autres comme Autokraft qui s’est illustré dans les années 80 jusqu’au milieu des années 90 pour la qualité de ses Cobra (autorisées par AC et Ford).

Shelby American propose encore à la vente ses Cobra Continuations (CSX série 4000, 6000 ou 7000 selon le modèle et l’année de production) en s’appuyant, entre autres, sur Hi-Tech Automotive en Afrique du Sud pour fabriquer ses carrosseries en fibre (qui produit les répliques vendues sous la marque Superformance) et Kirkham lorsqu’il s’agit de ses carrosseries en aluminium.

Kirkham vend également ses voitures sous sa propre marque. Des Cobra 289 Slabside, 289 FIA et 427 tellement proches des créations originales qu’il est quasiment impossible de faire la distinction au premier coup d’œil. A ce titre elles figurent d’ailleurs dans le SAAC World Registry (à la discrétion de chaque propriétaire), le registre mondial des Cobra et GT40 édité par le Shelby American Automobile Club.

Kirkham 427 S/C #KMP304
Kirkham 427 S/C #KMP304

En résumé, belle ou pas cette Cobra ?
Le choix d’une marque de Cobra plutôt qu’une autre est fonction du budget dont vous disposerez, bien sûr, mais pas que… Au-delà ce choix dépend en effet de vos préférences personnelles et de votre goût pour le respect de l’authentique.


Globalement les américaines sont les plus désirables et les plus cotées, question d’origine, de supériorité numérique et surtout de motorisation (V8 Ford le plus souvent, V8 Chevy plus rarement).


Quelques belles anglaises (Dax, Hawk…) arrivent ensuite. Leur look réussi est souvent pénalisé par une motorisation en retrait, question d’origine et de culture.


Enfin, un cran en dessous, mais nettement plus accessibles, quelques répliques anglaises et françaises d’entrée de gamme et/ou à l’interprétation plus libre. Elles présentent l’énorme avantage de pouvoir accéder au rêve sans avoir à se ruiner ou risquer le divorce !

Le prix du rêve

ecriture-club-une-ligne
Alors, le rêve au prix du salaire de la peur ? Encore une fois tout dépend de ce que l’on cherche. Souhaitons que les 2 pages précédentes vous auront déjà permis de mieux définir votre projet et d’établir un premier cachier des charges dont les termes ne seront pas (trop) contrariés par ce qui suit !

Evidemment si ce cahier des charges fait mention d’une Cobra 427 CSX Continuation neuve, en aluminium (soyons fous !), équipée d’un big block 427 FE en aluminium lui aussi numéroté en CSX, déjà importée en france et dûment homologuée (…) alors il faudra compter sur un prix qui devrait aisément flirter avec les 160.000€ et probablement au-delà !

En moyenne toutefois les prix d’une Cobra française, immatriculée en France et en bon état, s’étendent de 50 000€ à 100 000€.

Alors comment justifier un tel écart et se repérer dans cette jungle des prix ?

Pas de Cobra au rabais

Heureusement tous les rêveurs ne sont pas aussi prolifiques et aboutissent au final à un cahier des charges plus raisonnable et, disons-le, plus consensuel. Il faudra chercher un peu et parfois attendre longtemps que la bonne affaire se présente. Un premier prix sera en général le fait d’une Cobra d’origine europénne – Brightweel ou Pilgrim pour ne citer qu’elles – équipée d’un moteur V6.

Rappelons toutefois que n’est pas parce qu’une Cobra de ce prix est moins chère qu’elle n’est pas chère ! A ce niveau, qui offre déjà de belles perspective dans la plupart des gammes de voitures modernes, il convient d’être exigeant sur la qualité des ajustements et des peintures, l’état général intérieur et extérieur, et le bon fonctionnement de tous les organes de la voiture. C’est en général le cas eu égard au fait que ces voitures sont souvent aux mains de collectionneurs passionnés qui les utilisent relativement peu. Enquérissez-vous donc de son histoire en cherchant à savoir si votre vendeur n’a pas simplement acheté une Cobra dans une casse outre manche dans l’espoir de réaliser une plus-value facile et confortable en France.

tableau de bord anglais Dax
tableau de bord anglais Autokraft
tableau de bord anglais Pilgrim
Toujours dans cette première tranche de prix il sera parfois possible de mettre la main sur une Cobra équipée d’un V8 3,5l Rover (le plus petit) mais – car il y a un « mais » – il faudra probablement compter sur une conduite à droite et parfois même sur une immatriculation qui respire encore la « gelée à la menthe ». Si le premier point ne semble pas poser de difficulté majeure à tout bon bricoleur qui souhaiterait recouvrer une conduite à gauche, le second est quant à lui plus délicat et aléatoire.

Moralité : ne vous enflammez pas face un prix étonnamment bas, il n’y a en général pas de miracle, pesez bien le pour et le contre en évaluant le talent et surtout la longueur de votre bras !

Le prix de la tranquilité

Juste au dessus, c’est à dire dans une tranche de prix située autour de 60.000€, il sera possible de faire la même acquisition avec une chance supplémentaire d’obtenir un V8 qui n’aura pas trop souffert, une conduite à gauche et une immatriculation française en bonne et due forme. Au-delà ne rêvez pas trop quand même, la chasse à ce genre d’affaire ne sera pas facile et il faudra s’attendre à devoir bricoler un peu pour donner à votre Cobra un air soigné d’authenticité.

tableau de bord anglais Dax
Cobra Pilgrim à la présentation soignée
tableau de bord anglais Autokraft
tableau de bord anglais Pilgrim
A compter de 60 000€, c’est le prix qu’il vous faudra payer pour faire l’aquisition d’une belle anglaise (Pilgrim dotée des dernières évolutions châssis en général) ou d’une française (PGO, Martin) à l’apparence soignée et en parfait état. Bien sûr le V8 Rover au minimum sera de mise et seuls les plus beaux exemplaires (correctement immatriculés) dont le look aura été amélioré par quelques modifications du meilleur goût mériteront un prix situé dans la fourchette haute de cette catégorie : collecteurs d’échappement 2×4 en 1, instrumentation irréprochable, reproductions de jantes Halibrand, peinture soignée, insignes…etc.

Attention toutefois, le haut de cette fourchette (43/45K€) correspond à un montant où il devient tout juste possible de trouver les premiers exemplaires de Cobra américaines d’entrée de gamme ou des anglaises aux finitions plus soignées comme DAX ou RAM.

Le rêve américain à portée de main

La barre fatidique des 70.000€ pointe à l’horizon, et l’horizon s’éclaire comme par enchantement ! Cette fois, c’est au tour des américaines accompagnées de leur fameux V8 Ford de rentrer dans la danse.

Difficile d’établir un classement et de donner des moyennes tant le prix dépend de l’état de la voiture et de sa motorisation, et tant il est vrai que le marché de l’occasion est fait d’opportunités qu’il faut parfois saisir sans trop y réfléchir.

tableau de bord anglais Dax
Une magnifique Cobra 427 S/C fabriquée par ERA
Disons qu’il sera fréquent d’observer une logique qui veut par exemple que les Factory Five soient situées en entrée du classement, c’est à dire autour de 60.000€, suivies par les répliques (Unique Motorcars, Backdraft…) aux motorisations 302ci plus modestes et/ou à l’état moins « pimpant ».

Viennent ensuite les stars de l’occasion – Backdraft, Superformance, ERA, Unique, Contemporary… – Elles sont clinquantes, brillantes, vitaminées, précédées de leur réputation de « tombeuse » (on ne sait pas bien de quoi !), à la robe encore neuve et au kilométrage souvent « rikiki » (…), et pour lesquelles il faudra généralement débourser plus de 80 000€ pour espérer s’en attacher les faveurs !

Certaines occasions très récentes – des Backdraft notamment puisqu’elles peuvent facilement s’acheter neuves en France – se négocieront même au-delà en fonction de leur motorisation.

Un small block Ford 351W préparé par Roush
Un small block Ford 351W préparé par Roush

Plus fort que l’Amérique, le Nirvana !

Mais dans ce domaine, le nirvana est aussi en Amérique !

Hors concours vous trouverez enfin la catégorie des reconstructions et continuations au premier rangs desquelles les CSX Continuations de Shelby American et les Kirkham.

Très rarement proposées à la vente il vous faudra débourser au-delà de 100.000€ si vous avez la chance d’en trouver une d’occasion en France. Prévoyez de faire un chèque supérieur à 130.000€ (TTC ! Ouf..) si vous envisagez d’acquérir une 427 CSX Continuation neuve, en fibre !

Pour un prix à peu près équivalent vous aurez la possibilité d’acquérir une 427 Kirkham (aluminium) récente dotée d’une motorisation beaucoup plus noble.

Le nirvana US ressemblerait donc parfois à une petite plaque en aluminium frappée de 3 lettres magiques ! Ou quand le nirvana rime avec un marketing réussi…

Un small block Ford 351W préparé par Roush

En résumé…
La seule Cobra qui compte est celle que l’on possède enfin !


Partant de ce principe toutes les Cobra sont belles et méritent leur place au soleil de la passion. Assurément celui qui vous dira le contraire ne la mérite pas…


Alors piquez-lui ses clés, vous avez maintenant de quoi fuir !

Questions pratiques

ecriture-club-une-ligne

Y’a plus qu’à…

Pour trouver votre Cobra commencez d’abord par éplucher les petites annonces des principaux sites internet français, spécialisés ou non : c’est sur Leboncoin que vous en trouverez le plus, notamment dès qu’apparaissent les premiers rayons de soleil du printemps.

Ceci ne vous empêchera pas de consulter également les sites des professionnels – et de discuter avec eux – où vous aurez une chance supplémentaire de trouver la perle rare.

A vous les petites Anglaises !

Depuis le temps que vous préparez votre projet vous n’aurez bien sûr pas manqué de consulter les sites de vente à l’étranger.

Un small block Ford 351W préparé par Roush
Comme tous ceux qui sont passés par là avant vous, vous restez désespérément étonné qu’une Cobra dûment immatriculée en Angleterre ne puisse pas sereinement franchir la frontière Française et y obtenir le précieux sésame ; mais pas autant que devant votre calculette en venant de constater que les Cobra vendues aux US étaient pour certaines 30% à 50% moins chères qu’en France !!! Les chiffres sont têtus, les piles de votre calculette n’y sont pour rien, pas plus que la correction de vos verres ou vos excès de la veille !

Vous baragouinez 3 mots d’anglais, Google Translate est votre meilleur ami, alors forcément la tentation est grande ! Attention toutefois, la démarche sera longue, laborieuse et l’issue potentiellement incertaine. Sans entrer ici dans les détails (un article spécifique est prévu sur ce thème de l’importation) sachez tout de même qu’il faudra ajouter à ce prix de vente manifestement avantageux celui de l’expertise sur place, du transport terrestre et maritime, de l’assurance, les frais de dépotage en France, les frais de douanes et la TVA (30% du prix+ 20% du prix du transport) sans compter l’angoisse liée à l’homologation du véhicule une fois en France qui pourrait transformer votre rêve en cauchemard et votre investissement en pot de fleurs le plus cher de l’hexagone !

Là encore – moyennant finance bien sûr, car ces démarches représentent du temps et une expertise acquise au fil du temps – des professionnels existent qui sauront vous assister dans votre démarche jusqu’à s’en occuper totalement pour vous. A méditer pour ceux qui ont les nerfs fragiles !

Les précautions d’usage

La question de savoir s’il est raisonnable d’acheter ce genre de voiture « de sport » directement à un particulier ou s’il est préférable de faire confiance à un professionnel pour des raisons de garantie se pose cette fois un peu différemment. Ce type de garantie (mécanique) quand elle existe est toujours bonne à prendre, bien sûr, mais l’achat auprès d’un professionnel sera parfois plus rassurant s’agissant de la conformité des papiers de la voiture et de la responsabilité portée par ledit professionnel dans ce domaine.

Avant tout achat auprès d’un particulier ou d’un professionnel ce point est donc à vérifier très consciencieusement : on a déjà vu des Cobra rouler avec une carte grise établie au nom du constructeur « Dodge », avec un type qui correspond à celui d’un d’un pick-up des années 50 ou encore un numéro de série qui n’est simplement pas celui de la voiture mais celui d’un « véhicule donneur » (EG mustang)! Imaginez un instant les conséquences en cas de sinistre, corporel notamment…

Ainsi, exigez au minimum une Carte Grise où figurent le nom correct du constructeur, le bon modèle (Cobra, Cobra réplica…), le numéro de série authentique de la voiture, une puissance fiscale cohérente (en moyenne entre 27 et 45cv fiscaux s’il s’agit d’un V8 Ford) (et selon la cylindrée)… etc.

Pour le reste les mêmes précautions s’appliquent que lors de l’achat de tout autre véhicule d’occasion : entretiens et factures correspondantes, historique du véhicule, contrôle technique récent (les voitures dites « de collection » n’échappent pas à la règle !), état mécanique et esthétique, test routier et freinage…

Enfin, n’oubliez pas de préparer l’arrivée du nouveau jouet

Evidemment pas question de se garer dans la rue mais au-delà de cette évidence avez-vous pensé à qui s’occupera de l’entretien de votre nouveau jouet ?

Un 4 cylindres, un V6 ou un V8 Rover réserveront dans ce domaine leur lot d’avantages (encore que… !) mais dites-vous que les spécialistes des rustiques V8 américains ne sont pas légion en France, tous peu à peu remplacés par des spécialistes « es-valise » ! Dans ce domaine ces derniers ne vous serviront à rien…

Cette question de l’entretien constitue donc un point important à anticiper, notamment par ceux qui réceptionneront leur voiture en provenance directe des USA. Non pas que ces Cobra parviennent en France à l’état d’épave – c’est même souvent le contraire – mais elles roulent en général très peu, aux mains de passionnés dont la conception de l’automobile et de son entretien est souvent éloignée de celle proposée par leurs homologues européens. Un check-up complet s’impose donc d’entrée : huile moteur et filtre, liquides (refroidissement, embrayage, freinage) et principaux serrages (colonne de direction, jantes, cardans…). Maintenant, « c’est vous qui voyez » !

 

En résumé
Sauf si vous avez déjà l’habitude de ce genre de transaction choisissez plutôt la facilité et la sécurité pour l’achat de votre (première) Cobra.

Elles sont certes peu nombreuses en France – il est plus simple d’acheter une Citroën C4 ! – mais avec un peu de patience vous dégoterez sans trop de difficulté celle qui correspond à vos attentes avec l’avantage d’une immatriculation déjà établie et, le cas échéant, d’un recours possible en cas de problème (notamment s’il s’agit d’un vendeur professionnel).

Acheter sa Cobra auprès d’un professionnel c’est en général un peu plus cher mais c’est aussi faire le choix de la tranquillité ! Des particuliers sérieux et honnêtes existent, heureusement, et si vous êtes joueur et/ou aguerri alors il ne reste plus qu’à vous lancer vous-même dans l’aventure de l’importation de votre animal exotique.