Cobra Retz Tour 2017

 

Pour cette premère édition du CobraRetz Tour, nos membres organisateur Cobra44 et James44 ont réuni 14 équipages pour deux jours de balades dans le Pays de Retz.

150 kms par jour ponctués d'arrêts découverte, de visites et de gastronomie.

 

Le samedi les participants longeront la Loire, feront une halte découverte dans les Marais de la Brière. Puis l'après-midi, silloneront le trait de la côte atlantique traversant Mesquer, Priac-sur-Mer, La Turballe, Le Croisic, Le Pouligen La Baule, Pornichet pour finir la journée aux environs de St Brévin-Les-Pins.

 

La journée du dimanche les participants au départ de Pornic rejoindront l'Ile de Noirmoutier en prenant le temps de déguster quelques huitres. 

Retrouvez toutes les photos du week-end : ici

Cob' Breizh Tour 2016

 

Les 27 et 28 août derniers 17 équipages se sont retrouvés au départ de Dinan pour une balade en Bretagne.

 

La première journée fut consacrée à silloner le trait de côte de Saint-Benoît-des-Ondes au Sables-d'Or-Les-Pins en passant notamment par Cancale, St Malo et le Cap Fréhel.

 

La journée de dimanche, les participant découvriront l'arrière pays avec en point d'orgue, un final au Chateau de la Bourbansais.

Découvrez toutes les photos du week-end : ici

12 & 13 avril 2014, week-end en Bretagne.

                    A l'initiative de Dinan35 et Malouin35, 9 équipages se sont retrouvés les 12 et 13 avril pour un week-end en Bretagne.

 

Etaient présents : Bigoudis, Blue427, Cob56, Cobra33, Desmo61, Dinan 427, JJ Snake, Malouin35 et P'tibern35.

Rendez-vous fut donné samedi matin Place Duclos, face à la mairie de Dinan pour un café d'accueil et la remise des road-book.

 

Malheureusement les Cobra de JJ Snake et P'tibern ne seront pas de la balade. L'embrayage de la première donne de sérieux signes de fatigue, son équipage poursuivra avec la Morgan prêtée par Dinan.

 

La 2ième a connu une traversée transatlantique houleuse et doit se refaire une beauté. P'titbern fera contre fortune bon coeur en passant d'une Cobra à l'autre au poste de copilote.

Cette première journée sera dédiée à la découverte de l'arrière pays avec 250 km de routes désertes qui permettront aux V8 d'exprimer toute leur puissance.

La joyeuse bande traversera St Quai Portieux via le barrage de l'Arguenon, Lamballe avec un arêt à Montcontour, un des plus beaux villages de France.

Premiers échanges de volant...

La pose déjeuner aux saveurs de fruits de mer se déroulera face à la mer à la Cale de Tréveneuc.

Reprise du circuit, Dinan en tête. Quelques hésitations sur un rond point diviseront les troupes.

Tout le monde finira par se retrouver à l'étape suivante : aux Sables d'Or.

Arrêt photos au Cap Fréhel puis sur le Port de St Cast pour le tournage de pub pour    " Nénette " et pour une bonne bière en terrasse avec toujours le soleil.

Cap Fréhel

Les équpages reprendront la route pour Dinan.

Nettoyages des voitures pour certains, préparation du barbecue pour l'apéritif saucisse/galette.

Le diner se poursuivra sur la même thématique bretonne avec des galettes et des crêpes au caramel beurre salé, spécialité de Malouin " El Magnifico ", le tout arrosé d'un bon cidre breton.

Le lendemain, le rassemblement est un peu plus tardif.

Vérification des niveaux, derniers nettoyages et direction la pompe à essence à l'hypermarché du coin dont la parking accueille une braderie pleine de badauds, alors forcément, attroupement autour des Cobra !

Blue à le sourire, son serpent est moins gourmand qu'à sa réception des States : il est passé de 50 à 25 L au 100. Yes !!!

Passage à St Servan, la Tour Solidor, St Malo, la Pointe du Grouin puis déjeuner sur le Port de Cancale.

A la sortie du restau une foule admirative s'est attroupée autour des Cobra.

 

Malheureusement, pour certains du groupe, l'heure du retour à sonné. La route est longue.

Pour les autres, le périple continue vers St Suliac et le Pont St Hubert.

 

Fin de l'aventure pour ce magnifique week-end mais elle peut avoir une suite tant la Bretagne regorge de sites splendides.

 

 

Cliquez sur l'icône pour voir les photos.

29 septembre 2012, Sortie dans la Vallée de Chevreuse.

Par St Ho (Francis - Superformance 427)

           Au 10ème siècle, un endroit d'Ile de France peuplé de cervidés, fut appelé "Vallée des Chevreuils", soit Vallée de Chevreuse en langage d'époque.
Le 29 Septembre 2012, elle fut rebaptisée Vallée des Cobra.
En effet, surgies de nulle part, une douzaine de ces créatures exotiques avaient convergé vers le village où nichait l'une d'elle, EVA, la verte reinette du jour.

 C'est le couple CHED qui, avec beaucoup de talent, avait organisé la fête.
Ayant attendu EVA, leur Cobra pendant vingt six ans, il ne savait rien lui refuser, pas même ces nouveaux escarpins que Madame avait patiemment décorés, le soir au coin du feu.
Le réconfort d'une collation se mêla au plaisir des retrouvailles, à la brillance des peintures, à la rutilance des mécaniques polies, et à la passion des propos.

              Vers 11 heures, Road book précis en main, la petite troupe s'ébranla.
Il s'agissait de se dégourdir les roues et de se mettre en appétit pour le déjeuner.
Serpentant comme il se doit pour des Cobra, les petites routes sélectionnées nous permirent de découvrir un beau coin de France, étonnement préservé, bien que tout proche de Paris. De sévères églises au clocher massif, de grosses fermes closes comme des forteresses, des forêts domaniales, des étangs, une abbaye, furent autant de plaisirs à savourer avant l'étape déjeuner.
Réunis par notre passion autour d'une table dressée au soleil, chacun savoura cet instant insouciant et chaleureux.

A noter : La sagesse inspira tant le choix de la boisson, que le Team Calva doit impérativement être rebaptisé Team carafe d'eau !


Etaient présents, seul ou en couple, CHED, BLUE427, COB95, TRX2138, PV75, ASTON362, MYBRITCAR, BADSNAKE1, AIRNESS75, DESMO61, BOB BODUPONT, JOUL28, ACBRACO58, JBMP, et moi, SAINT HO agréablement chargé de rédiger ce compte-rendu.

           C'est donc dans les seules vapeurs d'essence, que la balade digestive nous mena au clou de la journée : Le célèbre Château de Dampierre, où les Cobra furent exceptionnellement autorisées à investir la cour d'honneur.
A la sévère ordonnance des briques roses et du crépi doré, nos belles répondirent par la sensualité de leurs courbes tendues et par leur brillance.
L'ensemble avait "l'intemporalité" pour point commun. La rencontre des deux raretés était un hommage à la beauté rigoureuse.

Restées concentrées pendant la visite, les turbulentes Cobra se comportèrent comme des enfants qui, à la fin d'un cours, se précipitent en hurlant dans la cour de récréation.
Les choses étant bien faites, la fameuse "côte des 17 virages" était à quelques mètres. Chacun put s'y défouler en fonction de son tempérament, dosant à sa manière l'adrénaline, le vrombissement grave du moteur, la libération des chevaux et la poussière des pneus.
Les belles qui posaient avec distinction quelques minutes plus tôt, montrèrent qu'elles étaient bien de redoutables sauvageonnes.

            Pas de pluie, pas de panne, pas d'occasion de sortir l'extincteur, une organisation sans faille, la gentillesse et la convivialité de tous... Bref, encore une parfaite réunion du CCF.
En rentrant, ma compagne et moi confirmions que rouler en Cobra n'avait vraiment de saveur qu'en groupe, avec l'objectif de partager avec d'autres passionnés.
En d'autres termes et pour nous, pas de réel plaisir sans le Club, son forum dissipé et ses sorties.

            Ce soir, chaque Cobra a rejoint le nid douillet où, grande toilette faite, elle va se lover à nouveau sous sa housse.

Les propriétaires enthousiates rêvent déjà avec excitation, de la prochaine sortie.

 

            En Vallée de Chevreuse, le rugissement des V8 a laissé la place à l'ancestral brame des cerfs.

Novembre 2011, quelque part dans le Perche...

Par St Ho (Francis - Superformance 427)

Quelques mois auparavant, j’avais réalisé mon rêve d’enfant : Acheter une COBRA.

En passant enfin à l’acte, bien au delà du fabuleux objet, je m’étais offert l’accession à un mythe, à une légende, et au cercle des privilégiés qui en célèbrent le culte.

 

En Octobre 2011, je fus convié à ma première manifestation de dévotion dans la belle campagne du Perche. Bien que temps fût radieux sur la route de la grand-messe, le novice que j’étais encore, stressait à l’idée de son intronisation dans le cercle de ces bien heureux initiés.

Au détour d’un chemin, et comme j’approchais, se produisit un inoubliable choc visuel. Elles étaient là ! Silencieusement tapies en contrebas, nombreuses, serrées les unes contre les autres, immobiles et magnifiques, paisibles et rutilantes, bouches goulues, toutes en courbes pulpeuses et revêtues de peintures de guerre.

 

Tous ouverts et dressés vers le ciel, les capots, tels les écrins d’une bijouterie, livraient à l’admiration les précieux bijoux métalliques qu’ils conservaient.

L’ensemble évoquait une équipe de rugby, muscles chauds, puissance contenue, se concentrant avant le match, entourée de multiples photographes et soigneurs.

Le tableau, tout de bleu, d’argent et de noir était harmonieux et impressionniste.

Claude Monet était-il revenu sur terre pour y peindre «Cobra dans la lumière matinale du Perche », comme il l’avait fait, jadis, pour la cathédrale de Rouen ?

Tout à coup, ma rêverie fut interrompue par une agitation fébrile et soudaine.

 

En quelques secondes, comme dans un ballet bien réglé, les capots se fermèrent, les V8 émirent des rugissements graves, les courbes des carrosseries frémirent et les Cobras s’élancèrent à l’assaut de la route. Un soudain orage mécanique venait d’éclater sur la paisible campagne du Perche.

 

Sans agressivité, à la seule poursuite du plaisir, la meute rugissante s’étirait et se rassemblait à travers champs, bois et villages, dans une danse qui n’avait de guerrière que les apparences. Pourtant, dans ce tumulte, celui qui avait l’oreille fine, pouvait percevoir le cœur des pilotes non pas battre, mais ronronner de plaisir. Les petites routes sinueuses de la région furent ainsi, longuement parcourues par des éclairs. Elles comprirent enfin pourquoi on dit d’elles qu’elles « serpentent ».

 

Un centre hippique accueillit la horde de chevaux sauvages pour la pose déjeuner. La cavalerie y fut, comme il se doit, rangée en fer à cheval pour les photos.

Aussi vite qu’il avait éclaté, l’orage s’était apaisé. L’arc en ciel final était dans les yeux de chacun !

Le soleil et le repas firent fondre les masques de Forums.

 

Plus d’outrance, plus de fanatismes, plus de performance, plus d’extrémisme en tous genres, plus de cow-boys, de dompteurs d’animaux sauvages, pas plus d’alcooliques d'ailleurs..;-) Seulement de grands enfants heureux d’être ensemble autour de leurs beaux jouets, dans un magnifique climat de simplicité, de gentillesse, d’entraide et de convivialité.

 

Au retour de cette magnifique journée au goût de « revenez-y », j’avais envie de paraphraser le célèbre poème de Victor Hugo consacré au soleil, et de dire :

« Merci Cobra Club de France, toi sans qui les Cobra ne seraient que ce qu’elles sont ».