Les réglages de base du carburateur Holley : ralenti et richesse

Le réglage du ralenti

Pour régler le ralenti du moteur il est indispensable d'opérer moteur tournant et bien chaud :

 

- Moteur arrêté (mais déjà chaud !) serrer la vis de richesse à fond (doucement, pas comme un âne !) puis dévisser de 2 tours 1/2.

- Démarrer le moteur.

- Visser doucement la vis de ralenti, 1/4 de tour par 1/4 de tour, jusqu'à atteindre un régime de ralenti trop élevé/très élevé (+/-1500 tr/mn)

- Laisser le régime moteur se stabiliser puis dévisser la vis de ralenti 1/4 de tour par 1/4 de tour jusqu'à sentir une baisse de régime. A chaque 1/4 de tour, attendre quelques secondes que le régime se stabilise jusqu'à atteindre un régime de ralenti correct, en général entre 700 et 900 tr/mn.

Si les problèmes de ralenti sont récurrents il peut être utile de vérifier que la taille du gicleur de ralenti est correcte. Pour cela :

 

- A partir la position obtenue précédémment (ralenti correct situé entre 700 et 900 tr/mn) contrôler que le réglage de la vis de ralenti est compris entre 1 et 2 tours à partir de la position VAF ("Vissé A Fond").

- S'il y a moins d'1 tour, augmenter la taille du gicleur. S'il y a plus de 2 tours, diminuer la taille du gicleur.

- Recommencer toute la procédure de réglage du ralenti.

 

Le réglage de la richesse

Une carburation trop riche est une carburation qui contient trop d’essence ou pas assez d’air : le moteur ne monte pas dans les tours, il se noie, au démontage les bougies sont noires et grasses. 

 

Une carburation trop pauvre est une carburation qui ne contient pas assez d’essence ou trop d’air. Résultat quand vous accélérez il se produit comme un trou et le moteur perd son régime puis s’arrête comme lors d’une panne d’essence. Le moteur s’étouffe.

Pour régler la richesse du moteur, moteur bien chaud, ralenti stabilisé à un régime normal : 

 

- Serrer la première vis de richesse sur un des 2 côtés du carburateur, tout doucement, 1/4 de tour par 1/4 de tour, jusqu'à ce que le régime descende et que le moteur se mette juste à "boîter" légèrement. Tendez l'oreille pour trouver cette position exacte !

- Puis desserer la vis de richesse (ce qui revient à remettre de la richesse) d'1/2 tour.

- Ajuster le ralenti si nécessaire.

- Faire l'autre côté du carburateur et régler la 2ème vis de richesse selon le même principe.

- Pour finir ajuster le ralenti au régime de 700/900 tr/mn comme vu précédemment.

 

L’état de la bougie vous apprendra également beaucoup sur la combustion, la qualité du mélange et le réglage du carburateur. Après quelques kilomètres à allure normale, il conviendra de contrôler le réglage de la richesse en démontant une bougie de chaque côté des rangées de cylindres pour vérifier leur état.

 

État Huileux :

Aspect : Dépôts d’huile humide.
Causes : Trop d’huile dans la chambre de combustion. Usures des segments ou du cylindre. Gommage des segments. Filtre à air colmaté.
Solutions : Baisser la richesse du mélange dans le carburateur. Nettoyage/remplacement pistons, segments. Changer le filtre à air.

 

État Charbonneux :
Aspect : Dépôts fuligineux secs et noirs.
Causes : Mélange trop riche.
Solution : Réglage de la richesse au carburateur.

 

>> Pour en savoir plus, voir le didacticiel consacré aux bougies <<

NB : le réglage de la richesse n'influence que le mélange de ralenti et ne modifie en aucune façon le mélange en marche normale. Aussi le réglage de "puissance" dépend de la hauteur du flotteur, du venturi, des différents Ø de gicleurs, d'ajutages d'air... etc.

 

Le réglage de la hauteur de carburant dans la cuve du carburateur

Le flotteur régule en quelque sorte le niveau de carburant dans la cuve du carburateur. Il a une influence sur la richesse du mélange puisqu'il a pour rôle d'obturer l'arrivée du carburant lorsque celui-ci atteint le niveau voulu dans la cuve du carburateur.

 

Le niveau du flotteur maintient ainsi le carburant à une hauteur soigneusement calibrée. Un niveau de carburant bien réglé dans la cuve permet d’irriguer correctement les gicleurs :


- Si le niveau d’essence est trop haut dans la cuve, le rapport de mélange peut
devenir trop riche.


- Si le niveau d’essence est trop bas, la dépression créée par la veine d’air du
carburateur a du mal à aspirer l’essence, ce qui rend le mélange trop pauvre.

 

Dans ces deux cas, le moteur fonctionne mal...!

 

IL n'y a pas de raison pour que le niveau de carburant dans la cuve varie tout seul mais il peut être mal réglé depuis toujours ! Il se peut aussi, par exemple, qu'un flotteur ait simplement perdu son étanchéité. C'est en tout cas un paramètre important à vérifier pour obtenir une carburation bien réglée.

 

La bonne méthode en images :

Retourner au sommaire

"Les didacticiels du Club"